Requiem de Mozart

L’orchestre symphonique de Haguenau, la chorale Vocal’Son et l’ensemble vocal de Saverne donneront ce samedi à l’église Saint-Jean le Requiem de Mozart. Les places sont en vente à l’office du tourisme. 

17436147_1288711627832643_1793308458235638649_o

La composition du Requiem de Mozart a-t-elle été motivée par l’apparition d’un messager gris venant de l’au-delà, commandée par un mélomane admiratif de son talent, ou par son rival Salieri ? Mozart s’est-il épuisé à la tâche poussé par ses dettes ou sous la pression du mystérieux commanditaire ? A-t-il composé son Requiem en songeant à sa propre mort, qu’il sentait proche ? A-t-il été empoisonné ? A-t-il entièrement écrit son Requiem ou a-t-il été achevé par l’un de ses élèves ? Et si oui quels passages sont de la main de Mozart et lesquels ne le sont pas ?

Si le Requiem compte aujourd’hui parmi les plus belles pages de la musique classique, les mystères planant sur sa composition auront fait couler beaucoup d’encre.

 Il s’avère qu’en réalité, le Requiem fut commandé en 1791 par le comte Franz de Walsegg qui voulait rendre hommage à sa défunte épouse. Il aurait envoyé un messager apporter sa demande de façon anonyme.

Cette même année, la carrière de Mozart décolla. Il composa de nombreuses œuvres, dont la Flûte Enchantée, et reçut des propositions venant de plusieurs pays.

Malheureusement, Mozart mourut avant d’avoir pu achever son Requiem – il n’en aurait écrit que les deux tiers – pour une raison inconnue et auréolée de mystères (donnant lieu à 140 thèses possibles). Poussée par le besoin, Constance Mozart, la femme du compositeur, demanda à deux de ses élèves d’achever la partition. Joseph Eybler compléta la plupart des voix de la Séquence tandis que Franz Jacob Freystädtler orchestra le Kyrie, mais ces deux derniers abandonnèrent l’écriture de l’œuvre sans raison connue. Constance se tourna alors vers Franz Xaver Süßmayr qui semblait dès le départ le plus à même d’achever l’œuvre, puisqu’il avait assisté son maitre dès le début de l’écriture du Requiem. Il compléta les morceaux inachevés et écrivit intégralement le Sanctus, le Benedictus et l’Agnus Dei.

Le Requiem rend par ailleurs hommage à des compositeurs prédécesseurs ou contemporains de Mozart tels que Michaël Haydn, Haendel ou Bach en s’inspirant de certaines de leurs œuvres.

La beauté inégalée de la partition et les mystères qui l’entourent ont fait de cette composition un chef-d’œuvre de la musique savante qu’il faut à tout prix connaître.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s