L’orgue Thomas (re)fait son cinéma

La paroisse Saint-Jean de Wissembourg organise mercredi 14 novembre, en partenariat avec le ciné-club de Wissembourg et l’école municipale des arts, un ciné-concert exceptionnel.

lemigrant

L’orgue accompagnait pour la première fois le cinéma lors de l’exposition universelle de Paris en 1900. Progressivement, des salles de cinéma sont installées dans d’anciennes chapelles tandis que les salles anglo-saxonnes s’équipaient d’orgues. La projection des films muets « Charlot au music-hall » et « Charlot émigrant » sera donc l’occasion de renouer avec cette tradition. Le premier montre Charlie Chaplin se rendant au music-hall et perturbant malgré lui le bon déroulement du spectacle en raison de son ivresse. Le second raconte l’histoire d’un émigrant d’abord sur un bateau en direction des Etats-Unis puis à New York.

FE(Pierre Gondard)

Photo Pierre Gondard

Les gags à répétition de ces deux courts-métrages seront mis en valeur par l’improvisation musicale de Freddy Eichelberger, à l’orgue Thomas. Professeur au conservatoire d’Aix-en-Provence, il excelle dans la pratique de l’improvisation. La représentation, qui durera moins d’une heure, s’adresse à toute la famille et tout public.

 

 

 

Ciné-concert 

Mercredi 14 novembre, 19h30

Eglise Saint-Jean, Wissembourg

Entrée libre, plateau

Publicités

Promenade musicale sur deux orgues

La paroisse Saint-Jean et l’association des Amis de l’orgue Dubois organisent ce dimanche un concert itinérant à la découverte des deux orgues wissembourgeois.

Inauguration_1

L’orgue Dubois de l’Abbatiale Sts-Pierre-et-Paul fût achevé en 1766 et entièrement restauré en 2012

L’un est français ; l’autre est d’inspiration nord-allemande. L’un a été restauré en 2012 ; l’autre construit en 2015. L’un possède un buffet historique ; l’autre est contemporain. Les orgues Dubois de l’Abbatiale Saints-Pierre-et-Paul et Thomas de l’église Saint-Jean sont deux instruments d’exception qui se sont imposés dans le paysage musical. « La diversité et la complémentarité des instruments est à l’image de la ville elle-même, et de la région toute entière : française, mais résolument ouverte sur l’Allemagne. Je souhaite interroger et mettre en valeur cette dualité dans le programme musical du concert, qui pourra ainsi s’apparenter à des portraits croisés », précise Guillaume Nussbaum, qui sera aux claviers ce dimanche.

Un programme accessible à tous

15874668_389846968031312_471006081339510107_o

Guillaume Nussbaum est Maitre de Chapelle de la cathédrale de Strasbourg, organiste titulaire au Temple Neuf et professeur à l’Ecole des Arts et à l’Université de Strasbourg

Chaque partie du programme sera l’occasion de découvrir (et d’approfondir) ce qui fait la spécificité de chaque instrument en faisant entendre un maximum de couleurs sonores, et ce dans un laps de temps assez court (environ trente minutes pour chaque partie). En effet, la première partie, qui aura lieu à l’Abbatiale Saints-Pierre-et-Paul, donnera à entendre quelques compositeurs emblématiques du 18ème siècle comme Louis Marchand, Jean-Philippe Rameau ou Nicolas de Grigny… sans oublier le père de la musique : Johann-Sebastian Bach, que l’on pourra redécouvrir grâce à l’une de ses œuvres les plus originales. Pendant la pause, le public se dirigera vers l’église Saint-Jean pour la seconde partie qui mettra à l’honneur Jacob Praetorius dans des pages d’une intensité rare et Georg Böhm avec des variations faisant appel aux couleurs sonores les plus inattendues. Un programme accessible à tous, permettant, au sein d’un même concert, de se plonger dans deux mondes et deux ambiances sonores et visuelles, comprenant un moment d’échange et de rencontre conviviaux entre le public, la musique et l’artiste.

Et Guillaume Nussbaum de conclure en espérant que cette coopération musicale se poursuive : « Et si cette complémentarité trouvait une force dans la diversité, tant pour le rayonnement de la ville et de ses instruments que pour le public ? Cela me semble évident et incontournable pour une ville comme Wissembourg, où j’ai la chance d’expérimenter cela depuis plusieurs années par la pédagogie en tant que professeur d’orgue à l’Ecole des Arts. »

 

Concert itinérant

Dimanche 30 septembre, 17h

Début du concert à l’Abbatiale Saints-Pierre-et-Paul

Entrée libre, plateau

L’orgue du marché avec Daniel KUGLER

Daniel KUGLER aura la tâche, ce samedi, de clore le cycle 2018 de l’Orgue du marché. 

DSC05373

Er bekam seine erste musikalische Ausbildung am Akkordeon in der Musikschule von Charles Sonntag in Wissembourg, danach im Alter von 15 Jahren, den ersten Unterricht an der Orgel mit Herrn Schnepp (Goersdorf), danach wechselte er zu Herrn Bender (Mariental) und schliesslich zu Herrn Ablitzer (Belfort). Er mach gelegentliche Organistenvertretungen in Kreiss Wissembourg und lebt und arbeitet in München.

Il reçoit sa première formation musicale avec l’accordéon à l’école de musique de Charles Sonntag  à Wissembourg, puis à l’âge de 15 ans les premiers cours d’orgue avec M. Schnepp (Goersdorf), par après il eut des cours avec M. Bender (Mariental) et avec M. Ablitzer (Belfort). Il fait des remplacements occasionnels d’organistes dans la région de Wissembourg et habite et travaille à Munich.

L’orgue du marché avec Stefan ANTWEILER

Stefan Antweiler sera demain à l’église Saint-Jean pour un nouvel épisode de l’orgue du marché.

Capture d’écran 2018-07-01 à 15.29.35.png

Stefan Antweiler erhielt seinen erste musikalische Ausbildung am Bischöflichen Institut für Kirchenmusik in Mainz. Im Anschluss daran nahm er Orgel- und Tonsatzunterricht bei dem ehemaligen Essener Domorganisten und Komponisten Prof. Heino Schubert.

Das Musikstudium absolvierte Antweiler in Heidelberg. Dort war er Schüler des Organisten und Komponisten Uwe Lohrmann.

In den vergangenen Jahren wurden im Rahmen der internationalen Orgelkonzertreihe des Klosters Einsiedeln in der Schweiz Antweilers Werke „Conventus sonorum“ (für 2 Orgeln/2016) und „La force du St. Ésprit“ (für zwei Orgeln/2017) von Stiftskapellmeister P. Lukas Helg und dem Konzertorganisten Emanuel Helg uraufgeführt.

Im letzten Dezember führte Hiroko Asai Antweilers Komposition „Carillon St. Matthäus“ in der Kathedrale in Tokio auf.

Im musikwissenschaftlichen Bereich liegt der Schwerpunkt seiner Forschungsarbeit im Bereich der Orgel- und Hofmusik.

Im Jahr 2016 konnte Antweiler die Instrumentalkonzerte des zu Unrecht in Vergessenheit geratenen Hofkapellmeisters W. E. Scholz, der am Hof des Fürsten August zu Hohenlohe-Öhringen in Oberschlesien tätig war, als Ersteditionen herausgeben.

 

Programme :

Georg Dietrich Leyding (1664-1710) : Praeludium [C-Dur]

Dietrich Buxtehude (1637-1707) : Choralbearbeitung „Wie schön leuchtet der Morgenstern“ BuxWV 223 + Praeludium [F-Dur] BuxWV 144

Johann Martin Spieß (1691-1772) aus „Musikalischer Kirchen-Schatz“: Con Affetto – Fuga – Grave – Allegro

Friedrich Christian Morheim (1717-1780): Choralbearbeitung „Wer nur den lieben Gott lässt walten“

Stefan Antweiler (*1970) : Hommage chiffré (UA)

L’orgue du marché avec Jean-Louis THOMAS

Avant un grand concert programmé à Noël, Jean-Louis Thomas sera ce samedi à la tribune de l’église Saint-Jean. 

Photo Thomas.JPG

Jean-Louis Thomas se forme avec Yvonne Monceau, dans le cadre de l’Ecole d’Orgue Diocésaine où il obtiendra le Diplôme d’Organiste Liturgique en 1985. De 1986 à 1996, il se perfectionne avec André Stricker, professeur au Conservatoire National de Strasbourg. En 1991, il se distingue lors de l’Académie d’Orgue de Saint Bertrand du Comminges en remportant le 1er Prix d’Interprétation.

A son actif, plusieurs enregistrements discographiques salués par la critique spécialisée : 1993 : CD « Tromba e Organo » avec Guy Ferber, trompettiste baroque, enregistré à Wolfisheim & Châtenois.

1996 : nouveau CD à Saessolsheim « Autour de Bach » à l’orgue de B. Aubertin.

1999 : troisième enregistrement intitulé « Autour de Händel » avec l’ensemble « le Concert Royal » à l’orgue Bois de Walbach.

2007 : double CD consacré à l’intégralité de l’Orgelbüchlein de Johann-Sebastian Bach à l’orgue Muhleisen de Marckolsheim.

Actuellement, il est titulaire de l’orgue Sauer-Pfister de Lièpvre ainsi que de l’orgue Jean-André Silbermann de Châtenois et en 2014, nommé co-titulaire à l’Abbatiale d’Ebersmunster. Il se produit régulièrement en concert avec divers ensembles. Depuis 2010, il est l’organiste accompagnateur de la Manécanterie des Petits Chanteurs de Saint-André de Colmar (dir. G. BURGMEIER).

 

Au programme : 6 préludes de choral extraits de : « Dritter Teil der Klavierübung » de Johann Sebastian Bach (1685-1750)

Aus tiefer Not schrei ich zu dir

a 6 / in Organo pleno con Pedale doppio – BWV 686
Christe, aller Welt Trost

Canto fermo in Tenore / a 2 Clav. et Pedal – BWV 670
Kyrie, Gott heiliger Geist

a 5 / Canto fermo in Basso / Cum Organo pleno – BWV 671
Dies sind die heilgen zehn Gebot

a 2 Clav. et Pedal / Canto fermo in Canone – BWV 678
Christ, unser Herr, zum Jordan kam

a 2 Clav. e Canto fermo in Pedale – BWV 684
Wir glauben all an einen Gott

in Organo pleno con Pedale – BWV 680

L’orgue du marché avec Roselyne KOENIGUER

Ce samedi Roselyne Koeniguer sera à l’orgue Thomas de Wissembourg pour le dernier concert du marché du mois de juillet. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’orgue Thomas de l’église protestante Saint-Jean de Wissembourg n’est plus à présenter. Cependant, inauguré le 28 juin 2015, il n’a de loin pas dévoilé tous ses secrets. D’inspiration nord-allemande, il ouvre aux organistes un large éventail de choix sonores et donc de littérature organistique. Le public est conquis dès les premières notes. Cet été, il sonnera à nouveau de tous ses jeux pendant les concerts de l’orgue du marché qui ont lieu tous les samedis du 30 juin au 25 août. Des organistes de tous horizons, professionnels ou amateurs se partagent la tribune pour offrir à l’auditoire une demi-heure de musique issue de leur plus beau répertoire.

L’entrée est gratuite. Les dons recueillis permettent de soutenir les projets missionnaires de la paroisse.

Ce Samedi 28 juillet 2018, date anniversaire de la mort de Jean Sébastien BACH, Roselyne KOENIGUER, professeur d’orgue, interprètera des compositions de ses ancêtres : Johann Christoph Bach, Johann Michaël Bach, de ses fils : Wilhelm Friedemann Bach, Carl Philipp Emmanuel Bach, de D. Buxtehude, qui l’a tant influencé, et bien-sûr de J.S. BACH lui-même.

Roselyne Koeniguer a effectué ses études musicales au Conservatoire National de Région de Strasbourg, où elle a obtenu le Certificat de Fin d’Etudes en piano, une Médaille d’Or en orgue à l’unanimité avec les félicitations du jury et le Diplôme d’Etudes Musicales, dans les classes de Marc Schaefer et de Daniel Maurer. Elle a  aussi étudié l’harmonie, l’analyse,  l’accompagnement et l’histoire de la musique.

Parallèlement, elle a effectué des études scientifiques et obtenu le diplôme universitaire de «Directeur du son » (Tonmeister) à l’université de Strasbourg.

Elle se produit en concert avec diverses formations instrumentales et vocales. Elle joue régulièrement avec l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg et à l’Opéra du Rhin. Depuis 2008, elle est répétitrice-accompagnatrice des Petits Chanteurs de Strasbourg – Maîtrise de l’Opéra National du Rhin. Professeur agrémentée, elle enseigne aussi le piano et l’orgue.

L’orgue du marché avec Georg KOCH

En cette journée de fête nationale, nous accueillerons un organiste allemand, Georg KOCH, pour l’Orgue du marché. 

GK201806

Dieterich Buxtehude Toccata in d

um 1637 – 1707 BuxWV 155

Johann Caspar Ferdinand Fischer Aria und 8 Variationen

1662 – 1746 aus: Musicalisches Blumen-Büschlein 1696

Johann Sebastian Bach Praeludium et Fuga in a

1685 – 1750 BWV 543

 

Georg Koch studierte an der Musikhochschule Freiburg im Breisgau Katholische Kirchenmusik und Orgel. Nach der A-Prüfung 1989 ergänzten weitere Studien in Paris, in Basel und in Mainz seine Ausbildung.

1993 – 1995 war er hauptamtlicher Kirchenmusiker an der Pfarrkirche St. Bonifatius in Lörrach. Seit März 1995 ist er Bezirkskantor der Erzdiözese Freiburg für die Dekanate Hegau, Konstanz und Linzgau und Kirchenmusiker an der Pfarrkirche Herz–Jesu in Singen.

Darüber hinaus ist er für das Erzbistum Freiburg als Orgelsachverständiger in der Region Bodensee-Hohenzollern und im Dekanat Freiburg tätig.

Zahlreiche Konzerte in Europa und in den USA, CD-Einspielungen – zuletzt an der Kœnig-Orgel in Sigmaringen und an der restaurierten Blessing-Orgel in Inneringen – Rundfunk- und Fernsehproduktionen, Publikationen von Orgel- und Chormusik sowie Veröffentlichungen zur Geschichte des Orgelbaus und der Orgelmusik dokumentieren die Vielfalt seiner künstlerischen und wissenschaftlichen Tätigkeiten.

Derzeit arbeitet er an einer Neuausgabe der Orgelwerke von Charles-Marie Widor.