Avec Bach, de l’ombre à la lumière

Gilles Oltz 1 (N-B)La saison 2017 des concerts d’orgue à l’église Saint-Jean de Wissembourg débute ce vendredi par un récital de Gilles Oltz.

Le week-end de Pâques a été choisi pour débuter cette nouvelle saison de concerts d’orgue. En ce vendredi Saint le programme sera entièrement consacré à Johann Sebastian Bach. La musique de Bach ? Sans doute le plus beau moyen de peindre les portraits de la Passion ; une musique touchante, d’une perfection rare. ‬‬D’autant que l’instrument s’y prête particulièrement : inauguré en juin 2015, l’orgue Thomas est en effet inspiré des orgues baroques nord-allemandes. Un type d’instrument qui a influencé le jeune Bach, notamment lorsqu’il a parcouru 400 kilomètres à pied pour assister aux Abendmusiken donnés par Buxtehude à Lübeck, en Allemagne du nord. Un véritable périple au début du XVIIIe siècle.

Gilles Oltz fera découvrir les plus belles pièces du « cantor de Leipzig » pour la Passion et Pâques. Après des études d’orgue aux Conservatoires de Lyon et Paris, où il a pu bénéficier de l’enseignement de Christophe Mantoux ou Louis Robilliard, Gilles Oltz est devenu organiste co-titulaire de l’orgue Silbermann de l’église Sainte-Aurélie et de l’orgue Merklin du Temple Neuf de Strasbourg. Parallèlement à ces activités de concertiste auxquelles il attache beaucoup d’importance, Gilles Oltz se passionne aussi pour l’administration des établissements culturels. Il a obtenu un Master à l’Institut d’Études Politiques de Strasbourg et a travaillé notamment pour l’Opéra Comique de Paris et le Festival de musique de la Chaise-Dieu. Il est actuellement conseiller aux études supérieures à la Haute Ecole des Arts du Rhin à Strasbourg et président de l’ensemble vocal Exosphère dirigé par Jean-Philippe Billmann.

Plusieurs autres concerts d’orgue sont programmés tout au long de l’année à l’église Saint-Jean. Le jeudi de l’Ascension, la place sera laissée à la jeune génération avec Thomas Kientz. Deux personnalités reconnues de l’orgue, Christophe Mantoux et Francis Jacob, seront aux claviers respectivement les dimanches 25 juin et 1er octobre. Enfin, Guillaume Nussbaum et Guy Ferber marieront l’orgue Thomas à la trompette baroque le 15 août.

« De l’ombre à la lumière » – Vendredi 14 avril à 17h à l’église Saint-Jean de Wissembourg – Entrée libre, plateau

Concert du Choeur philharmonique de Vienne à l’église Saint-Jean

Mercredi 12 avril 2017 à 20h00

La musique peut-elle nous réconforter et nous ôter la peur de la mort ? C’est l’effet que Joseph Haydn souhaitait pour son œuvre « Les sept dernières paroles du Christ en croix », œuvre consacrée au Vendredi saint. Divisée en sept contemplations méditatives, la composition laissera l’auditeur à mi-chemin entre la tristesse, la compassion et la consolation.

2017_04_12_Foto Chor Synchron Stage beschnitten 2015La chorale philharmonique de Vienne, à la renommée internationale, interprètera cette œuvre dans sa version pour solistes, chœur et piano sous la direction de Walter Zeh.

 

Entrée libre, plateau

Requiem de Mozart

L’orchestre symphonique de Haguenau, la chorale Vocal’Son et l’ensemble vocal de Saverne donneront ce samedi à l’église Saint-Jean le Requiem de Mozart. Les places sont en vente à l’office du tourisme. 

17436147_1288711627832643_1793308458235638649_o

La composition du Requiem de Mozart a-t-elle été motivée par l’apparition d’un messager gris venant de l’au-delà, commandée par un mélomane admiratif de son talent, ou par son rival Salieri ? Mozart s’est-il épuisé à la tâche poussé par ses dettes ou sous la pression du mystérieux commanditaire ? A-t-il composé son Requiem en songeant à sa propre mort, qu’il sentait proche ? A-t-il été empoisonné ? A-t-il entièrement écrit son Requiem ou a-t-il été achevé par l’un de ses élèves ? Et si oui quels passages sont de la main de Mozart et lesquels ne le sont pas ?

Si le Requiem compte aujourd’hui parmi les plus belles pages de la musique classique, les mystères planant sur sa composition auront fait couler beaucoup d’encre.

 Il s’avère qu’en réalité, le Requiem fut commandé en 1791 par le comte Franz de Walsegg qui voulait rendre hommage à sa défunte épouse. Il aurait envoyé un messager apporter sa demande de façon anonyme.

Cette même année, la carrière de Mozart décolla. Il composa de nombreuses œuvres, dont la Flûte Enchantée, et reçut des propositions venant de plusieurs pays.

Malheureusement, Mozart mourut avant d’avoir pu achever son Requiem – il n’en aurait écrit que les deux tiers – pour une raison inconnue et auréolée de mystères (donnant lieu à 140 thèses possibles). Poussée par le besoin, Constance Mozart, la femme du compositeur, demanda à deux de ses élèves d’achever la partition. Joseph Eybler compléta la plupart des voix de la Séquence tandis que Franz Jacob Freystädtler orchestra le Kyrie, mais ces deux derniers abandonnèrent l’écriture de l’œuvre sans raison connue. Constance se tourna alors vers Franz Xaver Süßmayr qui semblait dès le départ le plus à même d’achever l’œuvre, puisqu’il avait assisté son maitre dès le début de l’écriture du Requiem. Il compléta les morceaux inachevés et écrivit intégralement le Sanctus, le Benedictus et l’Agnus Dei.

Le Requiem rend par ailleurs hommage à des compositeurs prédécesseurs ou contemporains de Mozart tels que Michaël Haydn, Haendel ou Bach en s’inspirant de certaines de leurs œuvres.

La beauté inégalée de la partition et les mystères qui l’entourent ont fait de cette composition un chef-d’œuvre de la musique savante qu’il faut à tout prix connaître.

L’orgue du marché avec Maurice-Antoine CROISSANT

L’avant-dernier moment musical du samedi matin aura lieu le samedi 3 septembre avec Maurice-Antoine Croissant.

macroissantMaurice Antoine Croissant, studierte Kirchenmusik an der Hochschule für Kirchenmusik Heidelberg und beendete dieses Studium mit dem A – Examen. Seit 2001 ist er hauptamtlicher Kantor der  Johanneskirche Pirmasens, sowie Bezirkskantor des Kirchenbezirks Pirmasens und leitet in dieser Eigenschaft die Bezirkskantorei Pirmasens, den Jugendchor „Unisono“, die Kinderkantorei Pirmasens und das Musikteam (Gottesdienst-Band der Johanneskirche). Des Weiteren unterrichtet er als Leiter des Kirchenmusikalischen Seminars Pirmasens KirchenmusikeInnen im Nebenamt in Orgel, Chorleitung und Musiktheorie, welche im Rahmen dieser mehrjährigen Ausbildung die D- und die C-Prüfung erwerben können.  Sein Interesse gilt einem breiten musikalischen Spektrum. So widmet er sich mit Blockflöte vorwiegend barocker Kammermusik. Ferner ist Maurice Antoine Croissant Leiter des Pfälzischen Vokalensemble, des Schülermännerchores „Heart Chor Guys“ des Hugo Ball Gymnasiums Pirmasens und Mitglied der a – capella Männerformation „The Lords of the Chords“ , sowie als Pianist  Gründungsmitglied und Leiter des  sechsköpfigen Jazzensembles „Amuse Gueule“. 2008 konnte in seiner Eigenschaft als Popularmusikbeauftragter der Protestantischen Landeskirche der Pfalz den zweijährigen berufsbegleitenden Lehrgang „Popularmusik im Kirchlichen Bereich“ an der Bundesakademie in Trossingen erfolgreich abschließen. Mittlerweile ist er ein gefragter Referent in diesem Fachgebiet und gestaltet regelmäßig als Kursleiter ein Wochenende im Rahmen des Kirchenmusikalischen Bildungszentrums der Landeskirche  zu diesem Thema. Seit 2015 ist er auch Dozent für Gospelchorleitung im Schwäbischen Chorverand.  Desweiteren gibt er regelmäßig im Dekanate interessierten Blockflötenensembles Weiterbildungskurse und gestaltet landeskirchenweit „Offene Singen“ mit unterschiedlichsten Gruppen.

In seinem Marktkonzert in der Eglise St. Jean im elsässischen Wissembourg am Samstag, dem 3. September 2016 um 11.00 Uhr wird er Werke aus dem 18. und 20./21. Jahrhundert spielen. Auf dem Programm steht Ciacona in f- Moll von Johann Pachelbel (1653 – 1706), die Partite diverse sopra O Gott, du frommer Gott (in 9 Sätzen, BWV 543) von Johann Sebastian Bach (1685 – 1750), sowie das Triptyque Saint Servais von Andreas Willscher (*1955) mit den Sätzen Entrée – Quasi marcia, Communion – Lento misterioso und Grand chœr dialogué (Sortie), welches er für Léon Kerremans, Organiste titulaire de l‘ église Saint Servais à Bruxelles komponierte.

L’orgue du marché avec Lysiane COLLON-BENDER

La série « Orgue du marché » continue ce samedi matin (11h) avec Lysiane Collon-Bender. Toutes les semaines, des organistes régionaux vous proposent de découvrir l’orgue Dominique Thomas grâce à des moments musicaux d’une demi-heure. 

9249H

Lysiane Collon Bender a été appelée par l’orgue à l’âge de 12 ans. C’est à l’école d’orgue organisée par la paroisse de Hatten, qu’elle s’est initiée à l’instrument pour rapidement accompagner les cultes et messes à Soultz sous Forêts et dans tout le nord du département. Elle a continué avec l’enseignement d’Anne-Marie Lienhard.

Après des années d’interruption, elle s’est rappelée combien l’orgue fait vibrer et permet la méditation et le ressourcement. C’est avec Thomas Kientz, jeune talent strasbourgeois qu’elle a repris contact avec la musique.

 

Programme :

Girolamo Frescobaldi (1583-1643) – Bergamasca (dai « Fiori Musicali »)

Johann Sebastian Bach (1685-1750) – Das OrgelbüchleinChrist ist erstanden BWV 627

Johann Nicolaus Hanff (1665-1711?) – Ach Gott, vom Himmel sieh darein

Felix Mendelssohn (1809-1847) –  Sonate op. 65 n. 4

L’orgue du marché avec Daniel LEININGER

La série « L’orgue du marché » propose de faire découvrir tous les samedis le magnifique orgue Dominique Thomas. Chaque semaine, des organistes régionaux se succèdent aux claviers de cet instrument inauguré l’an dernier pour un moment musical d’une demi-heure (11h-11h30). Ce samedi, ce sera au tour de Daniel Leininger, organiste strasbourgeois et directeur de l’école d’orgue protestante.

DLeininger orgue Copyright BJ.Naegelen BR

Daniel Leininger étudie l’orgue avec André Stricker puis avec Daniel Roth. Il obtient en 1987 une Médaille d’or du Conservatoire de Strasbourg et en 1988, le DiplômeSupérieur Instrumental à l’unanimité. Il se perfectionne par la suite avec Michel Chapuis et Harald Vogel en particulier. En avril 1989, il est nommé organiste titulaire en l’église St Thomas à Strasbourg (orgue historique J.A. Silbermann). Il donne de nombreux concerts en France et à l’étranger.

Il est invité à enseigner dans différentes Académies d’orgue et institutions : Académie Internationale d’Orgue de Thionville, Centre d’Etudes Musicales Supérieures de Toulouse, Conservatoire Royal de Bruxelles, Conservatoire National de Région de Marseille…

Parallèlement aux études musicales, il poursuit des études de théologie protestante et de musique d’église à Erlangen (RFA) et à Strasbourg. En 1992, il fonde l’Ecole d’Orgue Protestante (AFORGEP) et en assure depuis la direction pédagogique. Depuis 2005 il est responsable du Service Musique de l’Union des Eglises protestantes d’Alsace et de Moselle.

Il est également chef de chœur, il a dirigé l’Ensemble Vocal Universitaire de Strasbourg de 1988 à 2000 et a fondé l’ensemble vocal Ripieno en 1999. Avec cet ensemble qui rassemble des chanteurs de talent, il explore différents répertoires : Schütz, oratorios, cantates et motets de Bach, Mendelssohn, Poulenc, Britten. L’ensemble vocal Ripieno est régulièrement invité à des festivals et des saisons en Alsace et en Allemagne.